RO Loves : Les Colères du Ciel

Parce que nous aimons partager le meilleur de la chasse aux orages avec vous, nous vous avons déniché de quoi vous en mettre plein les mirettes durant les longs mois de la saison creuse. De véritables coups de coeur pour des images uniques que nous sélectionnerons dans notre nouvelle rubrique « RO Loves ».

Une agréable découverte

Beau, éphémère, rapide et sombre, c'est la chose que vous verrez le plus souvent dans la web-série : l'essuie-glace.
Beau, furtif, éphémère et sombre, c’est ce que vous verrez le plus souvent dans la web-série : l’essuie-glace.

Récemment, nous avons étés bluffés, littéralement époustouflés, à la rédaction de Rageurs d’Orages, lorsque nous avons découvert une toute nouvelle web-série sur les orages. « Traques Orageuses », c’est son nom, est proposée par la bien nommée chaîne « Les Colères du Ciel » sur YouTube.

Ces jeunes chasseurs d’orages talentueux ont monté plusieurs épisodes grâce auxquels ils retranscrivent leurs traques aux orages dans des vidéos courtes et au contenu varié. Nous leur avons demandé pourquoi ce format si particulier et voilà ce que nous confie Maxence Verrier à propos de leur bébé : « Il s’agit avant tout d’une formule novatrice permettant de montrer la réalité d’une chasse, mais aussi pour nous, d’acquérir une certaine popularité auprès d’un public de connaisseurs, comme de néophytes. Nous nous sentons totalement légitimes dans cette démarche qui s’est imposée à nous comme une évidence. Un concept original en France que nous avons déposé à l’INPI » .

Ah non, je me suis trompé de série.
Ah non, là je me suis trompée de série. Les images se ressemblent tellement, aussi…

Maxence et son équipe sont à l’origine de vidéos sensationnelles dans lesquelles on peut les voir à l’œuvre lors de chasses orageuses menées avec intelligence, technique et brio. Le professionnalisme transpire de ces jeunes vidéastes pourtant amateurs. Le format choisi est tout autant maîtrisé qu’unique en son genre. Du jamais vu. Le spectateur est en immersion avec l’équipe et a donc l’impression de vivre la chasse, transposé dans les conditions réelles du terrain et des contraintes qu’il impose. Tout y est : les arbres qui bouchent les vues que l’on souhaiterait dégagées, les poteaux et autres lignes électriques qui coupent le champ, la pluie, les rencontres avec d’autres chasseurs d’orages… Tout, sauf la foudre qui s’avère souvent capricieuse.

Une identité forte et inspirée

On regrette l'esthétique du mur, un peu grossier.
Si la production a pris le soin de tondre la pelouse, on regrette l’esthétique du mur, un peu grossier.

Pour plus de compréhension et d’authenticité, peut-être afin d’attirer la sympathie des spectateurs aussi, les passionnés se mettent en scène hors temps de chasse dans le but de décrypter et commenter les moments forts capturés. Ces parenthèses meublent le document de manière audacieuse, d’autant plus que les décors choisis pour tourner ces scènettes sont d’une pertinence et d’un esthétisme sans pareil. Il va sans dire que tout a été scrupuleusement préparé en amont et que, de ce fait, la prise de son est parfaite, les textes sont bien écrits et la diction de nos protagonistes est irréprochable.

'Cause this is thrilleeeeer
‘Cause this is thriiilleeeeer

Ajoutons à tout cela un effort d’illustration remarquable puisque l’on reste sans voix en découvrant les cartes animées qui permettent au spectateur de se rendre compte des déplacements effectués et des distances parcourues. Une mention toute particulière pour la voiture qui représente leur véhicule et se déplace en Moonwalk sur le plan. Le tout étant soigneusement lié par un montage de qualité, on assiste sans aucun doute à la naissance d’une série à succès qui contient tous les ingrédients nécessaires pour lui donner un petit goût de reviens-y. Saluons donc l’inventivité de nos chasseurs d’orages, leur prise d’initiatives ingénieuses et leur modestie. On pourrait néanmoins déplorer un placement de produit (E. Leclerc) dans le premier épisode.

Souhaitons-leur un triomphe et, vu le caractère inédit de leur création, espérons que leur travail ne sera pas plagié par d’autres chasseurs d’orages qui, en manque de notoriété et en mal d’imagination, se lanceraient dans la vidéo, optant pour un format similaire en suivant bêtement ce qui pourrait devenir la nouvelle tendance chez les passionnés d’orages.

>> VOTEZ POUR LE TOP 50 CHASSEURS D’ORAGES FRANCE 2017 <<

Vous voulez réagir à cet article ? Vous pouvez poster un commentaire ou vous inscrire au RSS du site pour ne rien rater des futurs posts.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*